Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Gandi, un bureau français d'enregistrement de noms de domaines, publie un post mortem définitif de la défaillance d'une unité de stockage d'hébergement
Au début du mois qui s'achève

Le , par Patrick Ruiz

61PARTAGES

16  0 
La société française Gandi qui œuvre dans l’enregistrement de noms de domaine et l’hébergement web a procédé à la publication d’un post mortem définitif de la défaillance d’une unité de stockage au début du mois en cours.

D’abord, les chiffres. Si les précédents développements ne faisaient pas dans le détail en ce qui concerne la portée de cet incident, c’est le cas du post mortem définitif : 414 clients arrimés à une unité de stockage au sein d’un des centres de données de l’entreprise situé au Luxembourg sont concernés. En sus, bonne nouvelle pour ces derniers : Gandi fait savoir qu’il a restauré la totalité de leurs données. « Nous avons réussi à restaurer les données et à remettre les services en ligne le matin du 13 janvier », écrit l’entreprise.

Gandi s’appuie sur le système de fichiers ZFS pour le stockage des données des clients. L’entreprise configure une triple mise en miroir sur chaque pool ZFS. C’est grâce à cette disposition que les data des clients ont pu faire l’objet de restauration. S’il a fallu cinq jours pour y parvenir, c’est en raison de difficultés à importer les données mises en miroir. À ce sujet, Gandi formule l’explication selon laquelle une corruption des métadonnées a empêché à la procédure d’importation de s’effectuer avec célérité. En fait, il y a que la version de ZFS dont l’entreprise a fait usage lors des premières tentatives de récupération ne permettait pas d’effectuer l’importation sans scan total du pool et donc sans éviter la zone corrompue de métadonnées. C’est grâce à une version plus récente de ZFS On Linux que les équipes Gandi sont parvenues à contourner cette difficulté et à lancer une importation en lecture seule dans un premier temps, ce, pour ne pas altérer les données sur le pool. Une importation sans l’option read only a fait suite à la première et c’est elle qui a débouché sur une phase de copie des données sur une unité de stockage alternative.


Donc, en dehors du mécanisme de réplication de données sur le pool ZFS au centre de l’incident Gandi ne disposait pas de copies de sauvegardes des données de ses clients. C’est aussi au cours de l’opération de restauration que l’entreprise s’est constituée une base de données de snapshots qui auraient pu aider à mitiger l’incident de façon plus aisée. Dans sa dernière publication, l’entreprise se défend : « Le ZFS permet aux clients de prendre des snapshots, qui sont des images de leur disque, à tout moment et de revenir en arrière en cas d'erreurs comme la suppression d'un fichier par exemple. Toutefois, d’un point de vue contractuel, nous ne fournissons pas de sauvegarde aux clients. Cela n'a peut-être pas été expliqué assez clairement au sein de la version 5 de notre documentation. » En d’autres termes, chez Gandi le client est responsable de ses données. Via ZFS, l’entreprise met à sa portée une fonctionnalité qu’il doit utiliser pour répondre à des sollicitations du type qu’elle a formulées en début de mois : « Nous ne pouvons pas encore faire de garanties sur les données. Soyez prêts à restaurer à partir de vos sauvegardes. »

La cause réelle de la corruption des métadonnées qui a laissé les clients aux abois reste un mystère. Si Gandi a écarté le facteur humain comme pouvant être à l’origine de cet incident, l’entreprise souligne néanmoins qu’elle « n’a pas d’explication claire à donner si ce n’est formuler des théories. » « Nous pensons que cela peut être dû à un problème matériel lié à la mémoire vive du serveur », lance l’entreprise.

Source : Gandi

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Quelle est votre expérience avec Gandi et avec les services en ligne (en général) pour ce qui est du stockage des données ?

Voir aussi :

Les plateformes Cloud sont-elles matures ? Les services Cloud de Google, LinkedIn et Microsoft tombent en panne
Une nouvelle poursuite judiciaire enclenchée par Facebook rappelle Cambridge Analytica, suite à la mauvaise utilisation des données
Des entreprises de technologie suppriment les preuves de crimes de guerre mises en ligne, et les gouvernements veulent qu'elles en fassent davantage
Les violations de données signalées sont en hausse de plus de 56% au premier trimestre, d'après un rapport

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Aiekick
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 30/01/2020 à 12:52
malgré ce petit bug, j'ai toute confiance en gandi. je suis chez eux depuis 15 ans et j'y reste
2  0 
Avatar de gurkuru
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 07/02/2020 à 10:08
Ben, quoi, les clients doivent sauvegarder eux-mêmes leurs données, c'est écrit dans le contrat (pas en clair, pas vraiment indiqué, mais bon, faut lire quoi...).
Ce que ça dit, c'est juste, on (Gandi, l'entreprise), fait de l'hébergement de données, mais n'assure pas leur sauvegarde en plein, et peut au mieux restaurer l'index d'accès avec son système.
Donc on paie pour un hébergement, sans sauvegarde complète. Ca c'est du service, ça c'est de la sécurité .
Peu importe le mode de stockage des données, si il n'y a pas une copie dynamique des données durant leur modification, avec test d'intégrité durant l'écriture de la copie, réaliser une copie de l'index ne sert pas à grand chose. Le test d'intégrite servant à vérifier que les modifications n'altèrent pas l'original, ni ne corrompent les données liées. Mais comme ça demande de la puissance de calcul (ben oui, faut y mettre des moyens techniques à la hauteur), de l'espace de stockage (et oui, faut aussi penser à la croissance continue de la taille des données), bref de penser en amont au système, pas en aval (comme les plans d'urbanisme en France, ou ailleurs dans le monde).
Gandi propose des services surement suffisant pour la plupart, mais pour moi, il ne font que la moitié du travail (absence de sauvegarde), et pour le cout demandé, ça me semble un peu juste.
2  0 
Avatar de sleurp
Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 30/01/2020 à 10:24
Bonjour,

Il est toujours délicat en affaire publique.
Faut-il être transparent dans sa communication ou faut noyer le poisson ?

Nul n'est parfait, apporter des remarques à posteriori est tjrs le plus facile.

Ceci permets à chacun de revoir ses process de sauvegardes entre autres.

Bonne journée,
1  0 
Avatar de singman
Membre averti https://www.developpez.com
Le 01/02/2020 à 13:00
ZFS est un système vraiment particulier, dont les concepts sont étrangers pour les clients entreprises, plus habitués à parler RAIDx que VDEVS. Les possibilités sont vraiment très intéressantes mais il faut revoir toute la stratégie de protection des données avant de l'adopter.
1  0 
Avatar de ddoumeche
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 30/01/2020 à 18:13
Citation Envoyé par ben51 Voir le message
Pourquoi MySQL serait pire sous Linux que sous un autre OS ?
Une fois sorti de son domaine de compétence qui se restreint à SQL Serveur, l'expert se relève bien limité. Il ne connait même pas la différence entre Mysql et Zfs.
0  0