IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

L'entreprise française Atos a confirmé qu'elle a fait une offre de 10 milliards de dollars pour son rival américain DXC Technology
Ce serait la plus grande acquisition jamais réalisée par le groupe

Le , par Sandra Coret

74PARTAGES

9  0 
Atos a publié une déclaration confirmant un rapport de Reuters qui cherche à acheter DXC dans ce qu'il a dit être une "transaction amicale" pour créer une centrale de services numériques avec une présence mondiale.

La firme française, dirigée par son directeur général Elie Girard, a fait une démarche officielle auprès de DXC cette semaine, évaluant la société cotée à New-York à plus de 10 milliards de dollars, dette comprise, ont déclaré deux sources à Reuters sous couvert d'anonymat.

DXC a déclaré avoir reçu une proposition de rachat mercredi soir et n'avoir eu aucune connaissance préalable d'un quelconque intérêt de la part d'Atos. Elle a qualifié l'offre de "non sollicitée, préliminaire et non contraignante", ajoutant que son conseil d'administration l'évaluerait.



Les actions de DXC, qui est une ancienne entreprise de Hewlett Packard Enterprise, ont augmenté de 10 % à 29,13 dollars à 1517 GMT, le jeudi 7 janvier, tandis qu'Atos a chuté de 12 % aux informations, ce qui en fait le titre le moins performant de l'indice SBF-120 de Paris.

Atos travaille avec des conseillers sur l'éventuelle offre de DXC, qui renforcerait sa présence aux États-Unis en lui donnant accès à une large gamme de clients et de produits B2B, notamment des analyses et des applications cloud ainsi que des services d'externalisation informatique.

Atos a annoncé dans sa déclaration qu'il appliquerait une "discipline financière" dans la quête de DXC, avertissant qu'il n'y avait aucune certitude que cette approche aboutirait à un accord.


En cas de succès, une combinaison avec DXC entraînerait des synergies et des économies de coûts pour Atos, qui s'est lancé dans une série d'acquisitions ces dernières années, selon les sources.

Atos s'est récemment lancé dans une série d'acquisitions ciblées, en rachetant des sociétés de cybersécurité, d'intelligence artificielle et de conseil numérique dans le but d'augmenter son chiffre d'affaires de 5 à 7 % à moyen terme.

Elle a racheté la société d'intelligence artificielle et de science des données Miner & Kasch en avril ainsi que la société de cybersécurité IDnomic et le spécialiste de l'énergie X-Perion en 2019.

L'entreprise française a dépensé 3,4 milliards de dollars pour acheter le fournisseur de services informatiques Syntel, basé dans le Michigan, dans le cadre d'une transaction en espèces en 2018, ce qui constitue sa plus grosse opération à ce jour.

Parmi ses acquisitions figurent également les 850 millions d'euros consacrés à Siemens IT, la participation de contrôle qu'il a prise dans Bull en 2014, les 1,05 milliard de dollars versés pour l'unité d'externalisation informatique de Xerox, achevée en 2015, et un montant non spécifié pour Maven Wave, partenaire principal de Google Cloud, en 2019.

Elle cherche maintenant à profiter de la demande des investisseurs pour des actifs technologiques résistants aux pandémies pour conclure un accord qui serait de l'ordre de sa propre valeur marchande de 8,2 milliards d'euros (10,1 milliards de dollars), toujours selon les sources.

Si l'offre est signée et scellée, DXC sera donc le plus gros achat d'Atos.

Après avoir annulé le versement du dividende 2020 en avril, Atos a déclaré qu'il maintiendrait sa politique de dividende et utiliserait le cash-flow disponible restant pour financer de nouvelles acquisitions.

Augmentation de la dette

DXC a été lancé en avril 2017 à la suite d'une fusion entre Hewlett Packard Enterprise Services et CSC. Il s'agissait en fait d'un mariage entre deux entreprises qui étaient déjà en difficulté depuis quelques années. DXC a démarré avec des prévisions de recettes pour l'exercice 18 de 24 milliards à 24,05 milliards de dollars et 170 000 employés répartis dans 70 pays.

L'entreprise a commencé à réduire ses coûts six semaines après sa création et a ensuite continué à essayer de réduire ses frais généraux en consolidant l'immobilier, notamment les centres de données et les bureaux, et en licenciant de nombreux employés.

Au cours de son dernier exercice financier complet, qui s'est terminé le 31 mars 2020, DXC a réalisé un chiffre d'affaires de 19,577 milliards de dollars et a enregistré une perte avant impôts de 5,228 milliards de dollars, y compris d'importantes dépréciations, amortissements et dépréciations de la survaleur. Elle employait quelque 138 000 personnes.

DXC a pris certaines mesures de son propre chef : elle a notamment vendu sa division du secteur public américain et acheté plusieurs entreprises, dont la plus importante était Luxsoft. En mars, elle a vendu ses activités de santé et de services sociaux au niveau de l'État et au niveau local à Veritas Capital pour 5 milliards de dollars.

"DXC est trop modeste pour fonctionner seule dans un monde à faible marge", a déclaré l'une des sources.

DXC a également dévoilé mercredi 6 janvier son projet de vendre son unité Fixnetix – qui fournit des services de négociation externalisés de front office aux banques d'investissement, aux fonds spéculatifs et aux bourses – à Options Technology pour un montant non divulgué.

La société basée à Tysons, en Virginie, dont la valeur marchande est de 6,7 milliards de dollars, a vu ses revenus tomber de 20,75 milliards de dollars en 2019 à 19,6 milliards de dollars en 2020, tandis que sa dette totale est passée de 7,4 milliards de dollars en 2019 à 9,9 milliards de dollars en 2020.

Mike Lawrie, le PDG de CSC, a pris la tête de DXC dès le premier jour, et a été remplacé par Mike Silvino, ancien dirigeant d'Accenture, en 2019 pour l'aider à redresser sa situation.

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi

Atos est-il un acteur de la fuite des talents IT de l'Afrique vers la France ? Oui, selon les autorités marocaines

Atos lance Atos OneCloud, une initiative qui sera sera soutenue par un investissement de 2 milliards d'euros

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Irbyk
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 09/01/2021 à 17:39
Si je comprends bien, Atos avec un CA de 11 milliards en 2019 (et au vue de leurs chiffres du premier semestre de 2020 5,627 milliards on peut penser que ça n'a pas explosé d'ici là) est capable d'allonger 10 milliards pour une boîte faisant 20 milliards de CA avec une perte de 5,2 milliards... C'est un peu délirant.
2  0 
Avatar de p2snico
Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 11/01/2021 à 18:04
Citation Envoyé par Irbyk Voir le message
Si je comprends bien, Atos avec un CA de 11 milliards en 2019 (et au vue de leurs chiffres du premier semestre de 2020 5,627 milliards on peut penser que ça n'a pas explosé d'ici là) est capable d'allonger 10 milliards pour une boîte faisant 20 milliards de CA avec une perte de 5,2 milliards... C'est un peu délirant.
Elle cherche maintenant à profiter de la demande des investisseurs pour des actifs technologiques résistants aux pandémies pour conclure un accord qui serait de l'ordre de sa propre valeur marchande de 8,2 milliards d'euros (10,1 milliards de dollars)
Donc un fond d'investissement va venir derrière tout ça et donner de l'argent à Atos pour qu'il rachète DXC Le tout dans l'espoir de faire des bénéfices à plus ou moins long termes.
0  0