IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les logiciels open source favorisent la compétitivité et l'innovation au sein de l'UE
Et pourraient permettre d'atteindre la souveraineté numérique, selon une étude de Commission

Le , par Bill Fassinou

39PARTAGES

9  0 
La Commission européenne a publié lundi les résultats d'une nouvelle étude sur l'état des logiciels et matériels libres et leur adoption au sein de l'Union européenne. L'étude fait la lumière sur l'impact que les logiciels libres (OSS) et les matériels libres (OSH) pourraient avoir sur l'économie de l'UE. Les résultats indiquent que les entreprises numériques de l'UE ont investi 1 milliard d'euros dans les logiciels open source en 2018, ce qui a entraîné une production économique supplémentaire comprise entre 65 et 95 milliards d'euros, soit l'équivalent des transports aériens et maritimes réunis.

L'open source : un véritable levier économique pour l'Union européenne

Dans sa forme la plus pure, le terme "open source" désigne un logiciel mis gratuitement à la disposition de tous pour qu'ils puissent y accéder, le copier, le modifier et le redistribuer. Il s'agit en fin de compte d'une approche collaborative, dirigée par la communauté, qui abaisse le seuil d'entrée et le coût de la création de logiciels. Il est opposé au logiciel propriétaire "fermé", qui est construit en interne par une société commerciale. Un logiciel propriétaire fermé ne peut pas être inspecté, modifié ou redistribué, et il coûtera probablement quelque chose - si ce n'est pas de l'argent, alors il en gagne en vous ciblant avec des publicités.



L'open source a atteint un statut très distingué au cours de la dernière décennie et a permis la création de plusieurs centaines de startups. L'open source est devenu si important qu'il a depuis entraîné avec lui la plupart des entreprises qui étaient hostiles au mouvement au début des années 2000, en particulier le géant des logiciels propriétaires Microsoft. Dans son rapport, la Commission européenne a souligné ce fait, ainsi que les différences significatives en matière de portée et d'efficacité, et a déclaré que l'Union européenne devrait faire davantage pour promouvoir activement les logiciels et les matériels à sources ouvertes.

Le rapport, intitulé "L'impact des logiciels et du matériel open source sur l'indépendance technologique, la compétitivité et l'innovation dans l'économie de l'UE", a été réalisé pour le compte de la Commission européenne par Fraunhofer ISI et OpenForum Europe. Dans ses premières lignes, il indique que les gouvernements et les entreprises privées basés dans l'UE ont investi environ 1 milliard d'euros (environ 1,2 milliard de dollars) dans les logiciels libres en 2018, ce qui a entraîné pour l'économie de l'UE un bénéfice compris entre 65 et 95 milliards d'euros.

De manière cruciale, le rapport prévoit qu'une augmentation de 10 % des contributions aux projets de logiciels libres générerait un PIB supplémentaire de 0,4 à 0,6 % et conduirait à la création de 600 startups technologiques supplémentaires dans toute la région. Cependant, pour récolter ces avantages économiques, l'étude note qu'il faudrait des investissements importants dans les technologies ouvertes et des politiques publiques adaptées. L'étude examine les cas de la Bulgarie, de la France, de l'Allemagne, de l'Italie, de la Pologne et de l'Espagne, car ces pays de l'UE ont fait les premiers pas dans cette direction.

Cela dit, les politiques publiques visant à promouvoir les logiciels libres ont été jugées infructueuses, tant lorsqu'il s'agissait de stimuler le renforcement des capacités par le biais de financements ou de formations que lorsqu'il s'agissait d'accorder un traitement préférentiel aux logiciels open source dans les procédures de passation de marchés publics. Les chercheurs ont noté que dans les pays dotés de fortes capacités en matière de logiciels, comme la Chine et la Corée du Sud, l'open source était un élément clé de la stratégie industrielle, alors que les gouvernements de l'UE ont adopté une approche plus laxiste.

Les choses étant ainsi, l'UE est aujourd'hui à la traîne en ce qui concerne les capacités dans ce domaine. Les chercheurs considèrent la capacité institutionnelle de l'UE en matière de logiciels libres comme étant "disproportionnellement plus faible" que l'ampleur de la valeur créée par les logiciels libres. Bien sûr, les auteurs du rapport proposent quelques approches de solution. Pour y remédier, le rapport propose un certain nombre de recommandations de politique publique visant à favoriser l'essor des sphères des logiciels libres, suggérant notamment de développer une politique industrielle dédiée à l'open source.

Plus précisément, le rapport estime qu'un réseau de bureaux de programmes de logiciels libres (OSPO - open source program offices) financé par la Commission contribuerait à renforcer la capacité institutionnelle et à accélérer "la consommation, la création et l'application des technologies libres". Le rapport recommande également à l'UE d'élaborer une "politique industrielle du logiciel libre" et de l'inclure ensuite dans ses principaux cadres politiques, comme elle l'a fait avec le Green Deal européen et l'AI Act.

L'open source : un tremplin pour atteindre la souveraineté numérique

« L'open source offre un avantage de terrain vierge aux décideurs politiques et l'Europe a la possibilité de prendre la tête », déclare Sachiko Muto, le PDG d'OpenForum Europe. Selon le rapport, les avantages des logiciels libres sont bien connus, car il est présent dans tous les domaines, des serveurs Web aux automobiles en passant par le contrôle du trafic aérien et les appareils médicaux. « En fait, la croissance du Web au cours des 30 dernières années a été alimentée en grande partie par les logiciels libres, car ils abaissent la barrière à l'entrée et réduisent le coût de possession par rapport aux solutions propriétaires », note le rapport.

« Le logiciel libre permet également d'éviter le verrouillage des fournisseurs, ce qui accroît l'autonomie numérique des organisations, ou indépendance technologique », indiquent les chercheurs. Selon ces derniers, l'autonomie numérique signifie essentiellement qu'une organisation conserve le contrôle total de sa pile technologique et de ses données, même lorsqu'elle travaille avec des entreprises et des fournisseurs de services externes.

Selon le rapport, d'innombrables plateformes open source ont été mises sur le marché en promettant exactement la même chose aux entreprises clientes potentielles : plus de flexibilité pour déployer des logiciels comme bon leur semble tout en conservant toutes leurs données en interne en les hébergeant sur leur propre infrastructure.

Cela inclut une myriade d'alternatives open source à Slack, comme Element, des plateformes open source d'engagement des clients, comme Chatwoot, et des outils open source de gestion des fonctionnalités, comme Unleash. Pour faire simple, l'Europe promeut l'open source comme un moyen de parvenir à la souveraineté, en se libérant des carcans propriétaires des entreprises milliardaires de la Silicon Valley.

Sources : La Commission européenne, Le rapport de l'étude (PDF)

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous des conclusions de cette étude de la Commission ?
Que pensez-vous des recommandations faites par les auteurs du rapport ?
Pensez-vous que l'open source peut permettre à l'UE d'atteindre la souveraineté numérique ?

Voir aussi

L'open source contribue à hauteur de 95 Mds € à la puissance économique de l'UE, selon une étude de l'OFE qui estime que l'UE « tire un bénéfice considérable » de sa participation dans l'open source

L'Union Européenne veut imposer l'open source dans ses institutions, les partisans du logiciel libre approuvent cette décision

Le Parlement européen recommande que soit rendu public et open source tout logiciel développé par et pour les institutions de l'UE

France : l'État publie la nouvelle édition de son référentiel de logiciels libres. Que recommande-t-il pour la conception et le développement de systèmes d'information ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !