IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

IBM confirme qu'un nouveau mainframe de la "série Z" "tardivement" au cours du premier semestre 2022,
Et devrait lui permettre d'augmenter ses revenus

Le , par Bill Fassinou

41PARTAGES

4  0 
Quelques jours après la vente de l'unité Watson Health, IBM a annoncé qu'un nouveau modèle de ses mainframes de la série Z arriverait "à la fin du premier semestre" 2022 et a souligné que les débuts de l'équipement seraient une source de revenus accrus pour l'activité d'infrastructure de l'entreprise. La nouvelle a fait l'objet de débats dans l'industrie, car Big Blue semblait "se détourner" de ces "gros et vieux systèmes" pour se concentrer sur des activités plus lucratives comme le cloud hybride et l'intelligence artificielle (IA). Cependant, la société a rassuré les investisseurs que "quelques" clients sont toujours intéressés.

À en croire IBM, le marché des mainframes existe toujours et apporte à l'entreprise une augmentation bienvenue des revenus. Pour cela, il prépare un nouveau cycle d'ordinateurs mainframes pour la fin du premier semestre de l'année. L'annonce a été faite lundi pendant la conférence téléphonique sur les résultats du quatrième trimestre 2021 de Big Blue. Au cours de la conférence, le directeur financier James Kavanaugh a suggéré que la nouvelle version aura un impact positif sur le chiffre d'affaires d'IBM, qui s'est établi à 16,7 milliards de dollars pour le trimestre et à 57,35 milliards de dollars pour l'année.



Le chiffre d'affaires du quatrième trimestre 2021 est en hausse de 6,5 % par rapport à l'année précédente, tandis que le chiffre d'affaires annuel a fait un bond de 2,2 milliards de dollars. Kavanaugh a mentionné le mainframe parce que les revenus du "Big Iron" ont baissé de quatre points au cours du trimestre, une baisse que IBM a attribuée au fait que son dernier mainframe - le Z15 - est sorti en 2019 et que le cycle de vente s'est naturellement atténué après onze trimestres de ventes. (Big Iron est un argot pour un ordinateur extrêmement grand, cher et rapide. Il y a, par exemple, les supercalculateurs et les mainframes d'IBM.)

IBM affirme que le Z15 a fait mieux que son prédécesseur et a vu des livraisons qui peuvent alimenter plus de MIPS (millions d'instructions par seconde) que dans n'importe quel programme précédent dans l'histoire de l'entreprise. Selon certaines sources, le prochain mainframe de Big Blue semble être équipé de 22,5 milliards de transistors en silicium appelé "Telum", construit sur un processus de 7 nanomètres, et sera particulièrement apte à gérer les charges de travail d'inférence de l'IA. IBM utilise ce type de puissance sans doute pour attirer de nouveaux clients dans son écosystème de mainframes.

Big Blue fait également valoir les mainframes comme d'excellents composants d'un environnement de cloud hybride - le paradigme que le nouveau PDG Arvind Krishna a déclaré être le nouvel objectif d'IBM lors de son premier jour de travail. En effet, dès son arrivée en avril 2020, Krishna a déclaré que la vision large des soins de santé - avec l'unité Watson Health - était probablement trop optimiste. IBM concentre désormais plus d'effort sur sa stratégie de cloud hybride et d'IA. Dans le processus, Krishna a essayé de se débarrasser de tous les actifs qui détournent l'attention et le capital, et qui comportent un risque d'atteinte à la réputation.

C'est probablement l'une des raisons qui expliquent la vente de la division Watson Health, qui était censée révolutionner les soins de santé et la recherche médicale grâce à l'IA. « L'accord conclu aujourd'hui avec Francisco Partners est une prochaine étape claire alors qu'IBM se concentre encore davantage sur notre stratégie de cloud hybride et d'IA basée sur une plateforme. IBM reste engagée envers Watson, notre activité d'IA plus large, et envers les clients et partenaires que nous soutenons dans le domaine de l'informatique médicale », a déclaré vendredi Tom Rosamilia, vice-président senior d'IBM Software.

Les commentaires par rapport à cette cession indiquent qu'il est difficile de ne pas considérer cette vente comme un échec du grand pari d'IBM sur Watson pour faire entrer les soins de santé dans l'ère de l'IA. L'acheteur, Francisco Partners, une société internationale de capital-investissement, a acquis des données spécifiques sur les soins de santé et des actifs analytiques qui font partie de l'activité Watson Health. Il s'agit d'ensembles de données et de produits tels que Health Insights, MarketScan, Clinical Development, Social Program Management, Micromedex et des offres de logiciels d'imagerie.

Selon les critiques, un nouveau mainframe entraîne toujours une hausse des revenus pour IBM, car de nombreux clients sont attachés à ces systèmes et les mises à niveau sont donc naturelles. En outre, lors de la conférence téléphonique sur les résultats, Krishna a déclaré que les clients d'IBM étaient "impatients de tirer parti du cloud hybride et de l'intelligence artificielle pour faire progresser leur entreprise". Le nouveau mainframe semble pouvoir cocher ces deux cases. Mais en attendant l'arrivée de la nouvelle machine et son impact sur les résultats d'IBM, les investisseurs ont de quoi réfléchir.

Au quatrième trimestre, le chiffre d'affaires des logiciels a augmenté de 8 %, celui des services de conseil a grimpé de 13 %, mais celui des infrastructures est resté stable et celui des infrastructures de cloud hybride a chuté de 12 %. Cependant, le chiffre d'affaires global du cloud hybride a augmenté de 16 % pour le trimestre et de 20 % pour l'année, pour dépasser les 20 milliards de dollars de ventes.

Les cadres ont suggéré que les revenus robustes du stockage signifient que le portefeuille d'infrastructure d'IBM est en bonne forme, tandis que la hausse de 21 % des revenus de Red Hat - filiale d'IBM - montre que l'entreprise dispose d'outils très demandés par les acheteurs qui recherchent des outils d'automatisation informatique, de sécurité, de cloud hybride et de développement cloud-native.

Krishna a suggéré que l'automatisation pourrait être particulièrement importante pour IBM, car il constate que les clients se tournent de plus en plus vers elle en raison de la pandémie de Covid-19. Il a prédit que les pénuries de compétences qui en résultent persisteront tout au long des années 2020.

Source : IBM

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous du lancement d'un nouveau mainframe par IBM ?
Selon vous, pourquoi les mainframes résistent-ils au temps ?

Voir aussi

Watson Health, la division d'IBM destinée à la recherche médicale, est vendue, alors qu'elle était censée révolutionner les soins de santé grâce à l'IA

IBM dévoile son nouveau mainframe z13, pensé pour l'économie mobile et capable de traiter jusqu'à 2,5 milliards de transactions par jour

Les premiers mainframes d'IBM ont 50 ans et ils continuent à être utilisés dans de nombreuses entreprises

IBM annonce la mise en place d'un cloud privé dans un rack pour faire évoluer vos applications, une infrastructure convergente avec une rampe de sortie d'AIX vers Red Hat OpenShift

IBM lance IBM Cloud Satellite, qui permet aux clients de tirer les bénéfices du Cloud en toute sécurité dans n'importe quel environnement, y compris pour le edge

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Bruno
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 06/04/2022 à 14:31
IBM met en avant la détection des fraudes en temps réel dans le mainframe z16,
l’ordinateur est censé traiter 300 milliards de transactions financières par jour avec une milliseconde de latence

IBM a soulevé les verrous du z16, le dernier membre de sa famille de mainframes Series Z, qui se concentre sur le secteur des services financiers avec un processeur doté d'une accélération de l'IA intégrée pour la détection des fraudes en temps réel. Le z16 est le successeur du z15 lancé en 2019, et IBM espère pouvoir reproduire le succès de ce système, qui a été adopté par de nombreuses banques. Un nouveau mainframe génère généralement un pic de revenus pour IBM, car de nombreux clients s'appuient sur ce type de système comme élément essentiel de leur activité et sont désireux de le mettre à niveau.

Lorsque vous pensez aux mainframes, vous avez probablement l'image mentale d'un vieux film, avec des cartes perforées et un ordinateur qui occupe une grande pièce entière. Mais le mainframe est toujours là, et c'est un produit viable chez IBM. Aujourd'hui, il est beaucoup plus élégant et plus puissant, et permet d'exécuter des charges de travail à forte intensité de données pour les plus grandes industries du monde, avec des cas d'utilisation qui ne sont peut-être pas tout à fait prêts pour le cloud.


IBM a dévoilé le dernier mainframe de sa longue histoire, le z16. Il fonctionne avec le processeur Telum d'IBM, que la société a lancé l'été dernier. La puce a été optimisée pour exécuter des charges de travail massives, en traitant 300 milliards de transactions financières de grande valeur par jour avec seulement une milliseconde de latence, selon la société.

Elle est destinée aux clients qui ont un besoin sérieux de vitesse et de volume important. Le principal cas d'utilisation que la société vend pour cette machine monstrueuse est la prévention de la fraude en temps réel. Les institutions financières en particulier sont les clients cibles, mais Ric Lewis, SVP pour les systèmes IBM, dit que c'est pour n'importe quelle entreprise traitant un grand nombre de transactions critiques.

La nouvelle plateforme IBM z16 apporte l’IA et la cyber-résilience à votre cloud hybride à l'aide de l'inférence de modèles d’IA sur puce et des technologies innovantes de sécurité quantique, les premières du secteur. Avec les avancées du cloud hybride qui rendent la modernisation moins risquée, c'est une plateforme essentielle pour toute transformation numérique. Accélérez la prise de décision et bénéficiez de l'agilité nécessaire pour faire avancer votre entreprise.

« Il s'agit toujours de la banque, de l'assurance, du secteur public, de l'administration, des soins de santé, de la vente au détail, partout où il existe un débit élevé de transactions, où le besoin de sécurité, de fiabilité et du meilleur traitement des transactions au monde », a déclaré Lewis. Selon les données fournies par IBM, ce sont les plus grandes entreprises du monde, dont les deux tiers du classement Fortune 100, 45 des 50 premières banques mondiales, huit des dix premiers assureurs, sept des dix premiers détaillants mondiaux et huit des dix premiers opérateurs de télécommunications, qui utilisent des ordinateurs centraux. La plupart de ces machines proviennent d'IBM.

« Ce qui est cool dans cette dernière annonce, c'est que nous avons maintenant intégré une inférence d'IA particulièrement optimisée pour la détection des fraudes en temps réel à l'intérieur de la puce », a déclaré Lewis. La différence est qu'il y a généralement un décalage entre la détection de la fraude et le moment où le consommateur en prend connaissance. IBM veut changer cela avec le z16. « Désormais, cet ensemble de clients peut accéder aux données [de fraude éventuelle] en temps réel à l'intérieur de la puce. Tout cela est rendu possible par notre propre puce VLSI appelée Telum, que nous avons annoncée l'année dernière, mais ce sera le premier système à être livré avec cette puce. »

Lewis dit que si le cloud a été formidable pour l'industrie, il pense qu'il y a toute une catégorie d'entreprises et d'applications pour lesquelles le cloud n'est tout simplement pas une option viable, et pour un certain pourcentage d'entre elles, un puissant mainframe comme le z16 pourrait être la réponse.

« Il fut un temps où les gens disaient que tout allait finir dans le cloud, et je pense que ce que vous voyez plus récemment, c'est que les gens croient que les données sont partout. Elles ne seront pas toutes dans le cloud. L'évolution de l'ensemble du paysage informatique s'oriente davantage vers une infrastructure spécialisée », a-t-il déclaré.

Continuté de la conformité

L'IBM z16 contient de nouvelles capacités pour rendre la conformité aux directives réglementaires PCI-DSS plus facile et plus productive. Les temps de préparation des audits peuvent être considérablement réduits et nécessitent moins de personnel pour les mener à bien. L'IBM z16 est intégré au centre de sécurité et de conformité IBM Z Security and Compliance Center pour surveiller et enregistrer les données du système, du réseau et des applications.
Un tableau de bord convivial permet au personnel de l'infrastructure générer facilement et rapidement les rapports dont les auditeurs ont besoin et de garantir une posture de conformité continue qui réduit les risques de non-conformité et les amendes réglementaires.

IBM z16 pour Hyrbid Cloud

IBM zSystems continue de fournir des capacités de cloud computing nouvelles et améliorées sur la plateforme. « Nous donnons aux développeurs de toute l'organisation en adoptant un large éventail d'outils ouverts et conformes aux normes industrielles y compris une méthodologie DevOps agile pour accélérer la modernisation. Maintenant, nous avons fait un autre grand pas en avant dans les technologies de modernisation d'IBM zSystems avec l'IBM z16 and Cloud Modernization Stack », déclare IBM.

Il s'agit d'une plateforme flexible et intégrée qui permet de prendre en charge le développement, les applications et les données natives du cloud sur z/OS basé sur le développement natif du cloud, la modernisation des applications et des données et l'automatisation de l'infrastructure.

Les nouvelles capacités d'IA du z16 pourraient trouver des applications dans d'autres domaines, selon IBM, qui a cité des exemples tels que l'accélération des approbations de prêts et la détermination des transactions ou des opérations pouvant présenter un risque élevé avant le règlement.

« IBM a fait un assez bon travail pour élaborer d'autres cas d'utilisation de l'accélérateur d'IA pour des applications commerciales dans d'autres secteurs verticaux, comme l'assurance, la santé, le commerce algorithmique, etc », a déclaré Chuba. « Elle peut également être utilisée dans l'environnement z16 pour anticiper les pannes éventuelles ou optimiser les opérations. Il s'agit donc d'un ajout assez soigné à l'architecture mainframe. »

Parallèlement, IBM affirme également que le z16 est le premier système à sécurité quantique du secteur. Cela implique que l'ordinateur dispose de mesures d'atténuation contre la menace posée par les ordinateurs quantiques, qui pourraient à l'avenir être capables de craquer les algorithmes de cryptage actuels utilisés pour sécuriser les informations sensibles.

Dans ce cas, les mesures d'atténuation reposent sur la cryptographie basée sur les treillis [PDF], qui a déjà été présentée par des chercheurs de sites tels que le NIST comme une technologie susceptible de résister aux attaques quantiques. IBM affirme que le z16 équipé de la nouvelle carte adaptatrice Crypto Express 8S fournit des API sûres sur le plan quantique et permet d'accéder à des algorithmes sûrs sur le plan quantique qui ont été sélectionnés comme finalistes au cours du processus de normalisation PQC mené par le NIST.

Toutefois, cette affirmation s'accompagne également d'un avertissement, car il est impossible de savoir ce qui pourrait arriver aux ordinateurs quantiques à l'avenir. Si de nombreux experts estiment que les ordinateurs quantiques réellement utiles ne seront pas disponibles avant une dizaine d'années, il se peut que des malfaiteurs interceptent et stockent dès à présent des données qui pourraient s'avérer dommageables si elles pouvaient être décryptées par un ordinateur quantique dans cinq ou dix ans.

« Qui sait ce que sera le domaine du possible dans les 10-25-50 prochaines années », a déclaré Chuba. Toutefois, il estime qu'IBM mérite des félicitations pour avoir tenté de résoudre ce problème pour ses clients dès maintenant. « Je pense que le message d'IBM selon lequel les méchants peuvent récolter maintenant et décrypter plus tard est un point intéressant, car les données sensibles volées qui ne sont peut-être pas accessibles aujourd'hui pourraient encore être exploitées dans plusieurs années. Si les malfaiteurs peuvent voler maintenant et décrypter le numéro de sécurité sociale de mon enfant de 18 ans dans cinq ou 15 ans, cela vaudrait la peine d'éviter. »

IBM a également déclaré qu'il a passé les trois dernières années à faire des investissements importants dans la technologie open source sur la plateforme IBM zSystems pour établir une expérience de développeur commune à travers le cloud hybride pour les clients. Ces investissements sont conçus pour aider les clients à utiliser les investissements dans leur infrastructure informatique, leurs clouds et leurs applications existants, tout en leur donnant la flexibilité d'exécuter, de construire, de gérer et de moderniser des charges de travail natives du cloud sur l'architecture de leur choix, a déclaré IBM.

L'engagement d'IBM à l'égard de son mainframe hautement proftabile contraste avec celui de Fujitsu, qui a annoncé le mois dernier une feuille de route visant à cesser la fabrication et la vente de ses systèmes mainframe d'ici la fin de la décennie, les services de support étant retirés cinq ans plus tard. Comme l'analyste Bernstein de Wall Street l'a souligné en janvier, IBM bénéficie toujours des cycles de rafraîchissement des mainframes et le dernier en date pourrait ajouter 600 à 800 millions de dollars de revenus en 2022, avec un bénéfice avant impôt de 120 à 200 millions de dollars.

Source : IBM

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi :

IBM lance IBM z/OS V2.5, un système d'exploitation de nouvelle génération conçu pour le Cloud hybride et l'Intelligence Artificielle

Le chiffre d'affaires trimestriel d'IBM est supérieur à celui de l'année précédente grâce à l'essor de son activité cloud, qui a connu une croissance de 13 % durant le trimestre

IBM a enregistré un chiffre d'affaires trimestriel inférieur aux estimations, son unité d'infrastructure gérée ayant souffert d'une baisse des commandes entraînant une baisse de 4% des actions

AWS, la division cloud d'Amazon, pourrait à elle seule dépasser IBM en termes de revenus annuels, une fois qu'IBM se sera séparé de Kyndryl, sa branche d'infogéranc
4  0 
Avatar de sanderbe
Membre averti https://www.developpez.com
Le 10/04/2022 à 21:55
Bonsoir,

IBM met en avant la détection des fraudes en temps réel dans le mainframe z16, l’ordinateur est censé traiter 300 milliards de transactions financières par jour avec une milliseconde de latence

Quel est votre avis sur le sujet ?
Ce qui est impressionnant ici , c'est l'aspect "théorique" du chiffre pour le traitement .

Je serai curieux de savoir ce qui serait possible de faire , pour justement lutter contre la fraude au paiement électronique. Qui clairement disons le est un fléau.
0  0