IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les API - les bons élèves de la transformation numérique des entreprises
Par Mourad Jaakou, Presales Manager d'Axway

Le , par Mourad Jaakou

814PARTAGES

6  2 
Les interfaces de programmation d'applications (API) sont au cœur de presque toutes les expériences numériques modernes et leurs performances et leur sécurité sont essentielles pour séduire les clients et accroître les bénéfices.


Mourad Jaakou

Aujourd’hui, on remarque que les utilisateurs sont tous équipés d’appareils mobiles et que pour les entreprises qui souhaitent faire adopter leurs produits, elles doivent proposer ces services sous forme numérique. On voit par exemple fleurir énormément de nouvelles applications mobiles qui mettent en avant des programmes de bien-être. Ces applications mobiles s’appuient sur les technologies API pour proposer une expérience améliorée à leurs consommateurs. Cette même philosophie est également reprise par les assureurs afin d’optimiser les factures de leurs clients.

Ceux-ci s’appuient sur de nouveaux services numériques afin d’analyser le comportement de leurs clients et en fonction de celui-ci, les clients peuvent bénéficier de réduction sur leurs cotisations. Par ces exemples, on voit bien que l’adoption de cette nouvelle approche API permet aux fournisseurs de services de gagner de nouveau client et aux consommateurs de bénéficier de nouveaux services innovants.

Cependant, les dernières actualités sur les failles de sécurité qui exposent des données privées ont mis en lumière la question de la gestion des API. Dans de nombreux cas, le simple fait de ne pas traiter correctement et avec respect les aspects sécuritaires des API a entraîné d'importantes violations de données touchant des millions d'utilisateurs.

Le problème sous-jacent est que de nombreuses entreprises ne considèrent toujours pas les API comme des "citoyens de première classe" de leur activité. Une partie du problème vient du fait que tous les professionnels de l'informatique n'ont pas l'expérience nécessaire pour en comprendre pleinement le fonctionnement, de leur conception à leur gestion en toute sécurité. Face à l'augmentation des attaques ciblant les API, et sachant que le Gartner prévoit qu’elles deviendront le principal vecteur d'attaque d'ici 2022, les entreprises connectées devraient déjà disposer de structures garantissant une conception, une mise en œuvre et une gestion correctes de leurs API.

Analyse des vulnérabilités de l'API

Dans ce contexte, les cybercriminels sont de plus en plus à l'affût des vulnérabilités potentielles des API. La liste des risques de sécurité est variée et commence souvent par de mauvaises pratiques de codage, où de graves risques de sécurité sont intégrés dès le départ dans l'interface, ce qui augmente considérablement la probabilité que leur intégrité soit compromise.

Cela pose également la question générale - et importante - de la responsabilité. La question de savoir qui est responsable des risques de sécurité des API peut s'avérer difficile à résoudre. En réalité, la responsabilité commence avec le développeur, qui devrait être chargé de construire une interface qui adresse efficacement les principales vulnérabilités. Mais la responsabilité ne s'arrête pas là et doit également incomber à la personne qui utilise l'API, qui doit également se demander si des mesures de sécurité API supplémentaires doivent être incluses.

Une autre question importante est la classification des API. Ces dernières peuvent être déployées dans des configurations publiques, privées et partenaires, et les entreprises spécialisées dans les applications et les appareils grand public classifient souvent leurs API à la fois comme publiques et privées. Cela s'explique par le fait que, contrairement aux employés, les utilisateurs externes n'y accèdent pas via un intranet privé de l'entreprise.

Le problème est que cette approche peut créer une vulnérabilité potentielle si les équipes techniques partent du principe qu'une API privée ne nécessite pas une sécurité équivalente à celle d'une mise en œuvre publique. En réalité, restreindre l'accès à l'API aux utilisateurs authentifiés n'est tout simplement pas suffisant. Il existe ainsi des exemples d'entreprises qui laissent leur API privée exposée et vulnérable et se retrouvent ensuite dans la position difficile de devoir identifier et résoudre un grave problème de sécurité et de confidentialité.

Reprenons l’exemple de Peloton : La mise en œuvre de cette approche permettait à de nouveaux utilisateurs de créer un compte, mais aussi de récupérer des détails du profil d'autres personnes, comme leur nom, leur localisation, leur sexe, etc. Le fait que les utilisateurs aient défini leur compte de profil comme "privé" n'avait aucune importance : la vulnérabilité de l'API offrait une autre voie d'accès aux données, avec des implications évidentes en matière de confidentialité et de protection des données.

Dans de telles situations, au lieu de construire l'API de manière à accorder l'accès aux données de l'utilisateur lorsque certaines conditions sont remplies, comme la fourniture d'un token "utilisateur authentifié", le code de l'API devrait être renforcé pour empêcher l'exposition des données. Pour couronner le tout, le processus de correction a duré plus de trois mois, alors que l'intégration d'une sécurité API efficace directement dans le processus de développement aurait permis de s'assurer que la vulnérabilité ne pouvait pas être exploitée.


Une approche globale pour garder une longueur d’avance

La liste des défis à relever est longue. Mais il suffit de dire et de faire en sorte que les entreprises doivent adopter une approche globale de la sécurité des API, de la conception à la livraison, pour avoir une longueur d'avance sur les cybercriminels qui sont de plus en plus habiles à identifier et à exploiter les vulnérabilités. Si l'on ne met pas davantage l'accent sur les risques et les efforts de prévention, nous pourrions voir se multiplier les cas de violation des données et de la vie privée imputés aux API, ce qui, selon certains, aurait pu être évité.

Alors que la mise en œuvre des API se développe pour répondre aux besoins des entreprises en voie de transformation numérique, l'intérêt des cybercriminels qui cherchent à exploiter les vulnérabilités potentielles augmente également. Pour minimiser les risques, il convient de s'assurer que la conception, la mise en œuvre et la gestion des API de bout en bout répondent aux besoins des services basés sur des applications, qui sont au cœur des expériences des consommateurs d'aujourd'hui. En adoptant un état d'esprit où les API sont traitées comme une priorité technologique de l'entreprise, les équipes informatiques et de sécurité peuvent disposer d’une plus grande confiance dans leur stratégie de sécurité.

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi :

Le trafic des attaques API a augmenté de plus de 300 % ces 6 derniers mois, alors que le trafic global des API a progressé de 141 %, d'après un nouveau rapport de Salt Security

Les API constituent un véritable casse-tête pour les entreprises en matière de sécurité, 44 % des entreprises ont été confrontées à des problèmes importants, selon Cloudentity

68 % des développeurs prévoient d'augmenter leur utilisation des API en 2022, afin d'être plus productifs et de créer plus rapidement des logiciels innovants, selon RapidAPI

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !