IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les outils modernes de surveillance seraient un gouffre financier : les ingénieurs sont coincés dans des cycles de surveillance et ne peuvent se consacrer à des tâches plus utiles
Selon Moogsoft

Le , par Sandra Coret

11PARTAGES

6  0 
Les chefs d'entreprise s'appuient sur des outils de surveillance depuis l'avènement de l'informatique. Dans un monde idéal, ces outils aident les ingénieurs à améliorer la disponibilité continue de leur technologie. Les outils modernes doivent permettre aux équipes de comprendre en temps réel les performances de leurs applications et services numériques, afin qu'elles puissent intervenir en cas d'incidents ou de pannes.

Les outils de surveillance modernes ont une autre vocation. Ils devraient permettre de libérer du temps pour des innovations motivées par l'entreprise. En permettant une détection rapide des incidents, les outils devraient soulager les ingénieurs des activités de surveillance fastidieuses afin qu'ils puissent fournir des technologies plus grandes, meilleures et plus intelligentes qui rendent la vie des consommateurs plus pratique et plus amusante, tout en améliorant la visibilité des innovations qui comptent.

Mais les outils de surveillance sont-ils à la hauteur de cette promesse ? Et les investissements sont-ils rentables ?

Pas du tout, si l'on en croit le rapport Moogsoft 2022 sur l'état de la disponibilité. En fait, le rapport inaugural - qui étudie les indicateurs clés de performance de la disponibilité, les équipes et les outils pour découvrir des idées et les meilleures pratiques - montre que la surveillance draine les ressources des entreprises. Le problème : les dirigeants investissent dans beaucoup trop de solutions de surveillance, et les équipes passent trop de temps à surveiller tous leurs outils au lieu de planifier l'avenir. Pire encore, les dirigeants ne sont pas conscients qu'il y a un problème.


Voici les problèmes de surveillance modernes révélés par les données :

Problème n°1 : Les organisations ont trop d'outils de surveillance.

Les outils de surveillance sont importants. Ils analysent en permanence les infrastructures informatiques vastes et complexes des entreprises, à la recherche d'anomalies de données qui pourraient signaler des incidents ou des pannes affectant les performances. Si l'outil détecte de telles anomalies, il en informe les équipes d'ingénierie afin qu'elles puissent atténuer les problèmes.

Si le concept des solutions de surveillance est logique, le nombre croissant d'outils utilisés par les entreprises ne l'est pas. Le rapport sur l'état de la disponibilité a révélé que les ingénieurs gèrent en moyenne 16 outils de surveillance et que ceux dont les SLA sont plus élevés en gèrent encore plus (jusqu'à 40 outils différents !). Pour commencer, tous ces outils entraînent des frais de licence, de gestion et de maintenance qui s'accumulent rapidement.

Problème n° 2 : les ingénieurs sont coincés dans des cycles de surveillance.

Les solutions de surveillance devraient faire gagner du temps aux ingénieurs. En théorie, elles rationalisent la gestion des incidents afin que les ingénieurs puissent se consacrer à des tâches plus gratifiantes et plus utiles, comme l'amélioration de l'expérience client. Mais les données du rapport montrent que ce n'est tout simplement pas le cas.

Les équipes consacrent de loin le plus de temps à la surveillance par rapport à toute autre tâche. Et ce n'est pas étonnant. Le simple fait de gérer des outils à domaine unique qui ne sont pas intégrés fait perdre du temps, mais ce temps est particulièrement problématique en cas d'incident ou de panne. Les équipes doivent passer au crible les données provenant d'outils disparates et rassembler les informations - avant même de pouvoir commencer à travailler sur le problème.

Problème n°3 : Les dirigeants sous-estiment le temps de surveillance et surestiment le temps d'innovation.

D'après les données du rapport, les chefs d'entreprise ne sont pas conscients du temps que leur stratégie de surveillance actuelle leur fait perdre. Alors que les ingénieurs disent passer une grande partie de leurs journées coincées dans des cycles de surveillance, les chefs d'entreprise pensent que ce temps et cette attention sont répartis équitablement entre la surveillance et d'autres responsabilités.

Malheureusement, les autres activités qui tombent naturellement de la liste des tâches à accomplir sont souvent des initiatives qui différencient l'entreprise, comme l'automatisation, la transformation du cloud et le développement. Le fait de négliger ce type de création de valeur devrait être un signal d'alarme pour les dirigeants d'aujourd'hui.


La solution : Concentrer les investissements sur la stabilité technologique.

Si vous êtes un chef d'entreprise, la première étape fondamentale pour rompre les cycles de surveillance inutiles consiste à vous aligner sur votre équipe d'ingénieurs. Combien de temps consacrent-ils à la surveillance ? Votre organisation est-elle, comme la plupart des entreprises, coincée dans un cycle de surveillance, au détriment de l'innovation et de l'expérimentation ?

Pour briser ce cycle, il faut cesser d'injecter de l'argent dans la surveillance et concentrer ses investissements sur la création d'une stabilité technologique.

Voici quelques conseils :

  • Auditez vos outils. Documentez vos outils existants, la fréquence de leur utilisation et leur coût global.

  • Réduisez l'empreinte de vos outils. Investissez dans les actifs technologiques qui comptent le plus pour vos objectifs de disponibilité et désinvestissez-vous de ceux qui ne soutiennent pas les efforts de votre équipe. Moins d'outils réduiront votre coût total de possession (TCO), atténueront le bruit et diminueront la fatigue des alertes.

  • Introduisez une intelligence artificielle pour les opérations informatiques (AIOps). Une solution AIOps donne à la direction et aux équipes un point d'engagement central pour toutes les activités de surveillance. Cet outil surveille essentiellement vos outils de surveillance. Il automatise la réduction du bruit, la corrélation et la collaboration sur l'ensemble de votre flux d'incidents.

  • Réduisez votre département technique. Avec une solution AIOps, vos équipes devraient bénéficier de moins de travail non planifié et de processus plus automatisés. Utilisez ce temps pour rembourser la dette technologique et automatiser les tâches fastidieuses pour gagner encore plus de temps.

  • Investissez dans votre avenir. Augmentez la satisfaction des clients en innovant dans l'expérience client. Puis, préparez vos équipes à de futurs succès en adoptant les capacités DevOps qui conduiront à une meilleure performance organisationnelle.



Dans le contexte économique actuel, les chefs d'entreprise ne peuvent pas se permettre de surinvestir, surtout si ces investissements entravent les progrès au lieu de les améliorer. Au lieu de gaspiller des ressources limitées, les dirigeants doivent concentrer leurs investissements sur la stabilité technologique qui améliore le temps de fonctionnement critique et permet aux ingénieurs d'innover dans l'expérience client.

Source : Moogsoft

Et vous ?

Trouvez-vous ce rapport pertinent ?
Qu'en est-il au sein de votre entreprise ?

Voir aussi :

57 % des entreprises disposent d'au moins cinq outils de sécurité dans le cloud, mais la prolifération de ces outils entraîne des problèmes manqués, des faux positifs, et un épuisement professionnel

Les outils de protection traditionnels, tels que le chiffrement, la sauvegarde et la récupération, ainsi que des outils de masquage des données ont un taux d'échec de 60 % contre les ransomwares

Pour 76 % des responsables informatiques, les environnements mutli-cloud et multi-outils ont atteint un point de rupture critique, 88 % évoquent la nécessité d'interconnecter toutes les plate-formes

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de eomer212
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 24/11/2022 à 16:59
solution . mettre une intelligence articielle..
Sérieux.? comme si ca se trouvait sur étagére, une petite librairie anodine qui va tout régler. comme ca, en 2 coups de cuillére à pot..
et, donc, le cout et la fiabilité d'un tel outil.? parceque là, c'est plus de l'anodin, c'est du lourd.. et vat-en comprendre aprés pour quoi le truc "ia" a pas pris tel evenement problématique alors qu'il remonte d'autres non problématiques etc..
reculer pour mieux s'enferrer..

HA MAIS, tout s'éclaire, le dit rapport est forcément pondu par le sauveur de service qui va vous vendre une ia... CQFC... (Ce Qu'il Faut Comprendre..)
0  0