Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les actions de Slack plongent après qu'il ait prédit une perte plus importante,
Toutefois, le PDG a déclaré qu'il faudrait du temps pour que le marché comprenne son entreprise

Le , par Stan Adkens

25PARTAGES

4  0 
La startup Slack, créée en 2013, est une plateforme communication collaborative préférée des travailleurs de la technologie qui vend des abonnements à des entreprises. Son produit a été largement utilisé par les startups technologiques avant de s'imposer dans les grandes entreprises, sur un marché des services de collaboration en milieu de travail estimé à 28 milliards de dollars, selon les données de Slack. Mais depuis un certain temps, l’entreprise est en train de perdre sa popularité d’antan.

En effet, selon le News York Times, dans son premier rapport sur les bénéfices depuis son entrée en bourse en juin, Slack a affiché une perte plus importante qu'il y a un an et une augmentation de 58 % de ses revenus à mesure que ses dépenses augmentaient, en partie en raison des coûts liés à son entrée en bourse. La société prévoyait également dans son rapport que ses pertes pour le trimestre en cours seraient supérieures aux attentes de Wall Street. Ce qui a fait chuter ses actions de plus de 15 % en dehors des heures de négociation.


Le rapport de son deuxième trimestre montre que Slack a enregistré une perte de 364 millions de dollars, soit plus de dix fois la perte de 32 millions de dollars enregistrée au cours de la même période l’année dernière. Cette somme comprenait 307 millions de dollars en rémunération des actions et en taxes liées à l'inscription directe de la société en bourse. Concernant les revenus de l’entreprise, ils sont passés de 92 millions de dollars il y a un an à 145 millions de dollars. Selon le rapport trimestriel, le nombre de clients payants Slack est passé à plus de 100 000, soit une augmentation de 37 % d’un an sur l’autre.

Mais la compagnie a dit qu'elle s'attendait à une perte de 8 centimes à 9 centimes par action pour le trimestre en cours, ce qui était supérieur aux attentes des analystes qui s'attendaient à une perte de 7 centimes par action.

Toutefois, Stewart Butterfield, PDG de Slack, a déclaré dans une interview qu'il faudrait du temps pour que le marché comprenne son entreprise puisqu'elle avait créé une nouvelle catégorie de logiciels, contrairement aux sodas ou aux voitures, a rapporté le News York Times. Voici ce qu’il a déclaré à ce propos lors de l’interview :
« Tout le monde comprend ce que sont ces choses et pourquoi ils en ont besoin », avant d’ajouter que « les gens développeront une compréhension plus mûre » de Slack. Toutefois, le problème de Slack pourrait être plus sérieux.

Stewart Butterfield, cofondateur et PDG de Slack


Slack est en train de perdre ses parts de marché au profit de Microsoft, selon une étude

Selon le rapport d’un sondage réalisé par la société d'études de marché ETR et publié en juin dernier, l'outil de communication préféré des travailleurs de la technologie serait en train de perdre du terrain au profit de son plus grand concurrent, Microsoft Teams, qui lui serait en train de croitre en popularité. Dans le cadre de son enquête, ETR a demandé aux directeurs des systèmes informatiques et autres décideurs informatiques d'entreprise de haut niveau des plus grandes organisations du monde où ils prévoient dépenser le budget technique de leur entreprise.

Selon le rapport, sur l’ensemble des répondants aux questions d’ETR, 28 % étaient favorables pour investir dans la plateforme Slack au cours du deuxième semestre 2019. Ce qui représente une baisse de 45 % d’une année sur l’autre et une baisse de 26 % par rapport aux trois derniers mois. Tandis qu’à l'inverse, Microsoft Teams affiche un score net de 67 %, représentant une hausse de 8 % par rapport au deuxième semestre 2018 et gardant un niveau essentiellement identique par rapport à la fin du mois d’avril.

En considérant seulement les répondants des grandes entreprises publiques et privées, le score net prévisionnel de Slack pour le second semestre 2019 s'établissait à 26 %, ce qui représente une baisse de 53 % par rapport au second semestre 2018 et une baisse de 41 % par rapport aux trois derniers mois seulement. À l'inverse, Microsoft Teams affichait un score net de 71 % sur pour le second semestre 2019 pour ces mêmes grandes organisations publiques et privées, soit essentiellement le même score qu'il y a trois mois et une croissance de 20 % d’un an sur l’autre.

Selon Vox, média américain en ligne, l’une des raisons pour laquelle la préférence des travailleurs se porte davantage vers Microsoft Teams est que les nombreuses entreprises qui ont déjà Office 365 – qui comprend des éléments de base comme Word, Excel et OneDrive, en plus Teams – obtiennent en principe le logiciel de communication du lieu de travail gratuitement, selon le site Web d’information. Une autre raison évoquée par Vox pour que la plateforme du géant Microsoft, qui a déjà envisagé d'acheter Slack, attire plus de clients est que Teams a adopté de nombreuses fonctionnalités de ses concurrents lors de sa création.

D’autres startups en difficulté après leur introduction en bourse

Selon le rapport du News York Times publié mercredi dernier, les mauvais résultats du deuxième trimestriel de Slack ont fait suite à des mois de scepticisme à l'égard des activités de Slack. En effet, depuis que la société a été introduite en bourse par voie de cotation directe, ses actions n'ont pas cessé de chuter. Selon The Times, l’entreprise, désormais publique, est confrontée à une concurrence féroce de la part de concurrents plus importants et mieux financés, dont Microsoft.

Pour rappel, lors de sa première journée de négociation en bourse, les actions de l'entreprise ont ouvert à 38,50 dollars à la Bourse de New York, en hausse par rapport au prix de référence de 26 dollars qui avait été fixé. L'action a continué d'augmenter avant de clôturer à 38,62 dollars. Ce qui a donné à Slack une valeur de 19,5 milliards de dollars soit près du triple de sa valeur de 7,1 milliards de dollars en tant que société privée, a rapporté le News York Times le 20 juin dernier.

Cependant, Slack n’est pas la seule startup jadis très prometteuse à avoir des difficultés à se démarquer après son inscription en bourse. Uber et Lyft sont également devenues publiques cette année et ne sont pas à leur meilleur niveau depuis leur lancement. En effet, d’après The Times, le mois dernier, Uber a enregistré sa perte trimestrielle la plus importante de son histoire, soit 5,2 milliards de dollars, et son taux de croissance le plus faible jamais enregistré.

Mais cela n'a pas découragé l’engouement médiatique autour de l’introduction en bourse des startups liées à la technologie. Selon The Times, WeWork, une start-up immobilière non rentable, et Peloton, une société de fitness qui perd également de l'argent, sont parmi celles qui se préparent à introduire leurs actions en bourse dans les prochains mois.

Selon Rohit Kulkarni, analyste senior chez MKM Partners, les investisseurs étaient toujours avides de jeunes entreprises à croissance rapide, même si la combinaison du ralentissement de la croissance des revenus et de l'explosion des coûts a effrayé certaines personnes. M. Kulkarni a dit : « En tant qu'entreprise privée, vous pouvez vous développer à tout prix. En tant que société publique, vous devez croitre à des coûts raisonnables ».

Mais Slack continue de nourrir de l’espoir d’un avenir prometteur. Allen Shim, directeur financier de l’entreprise, a déclaré que Slack progressait vers la rentabilité, mais qu'il se concentrait sur l'investissement dans la croissance.

M. Butterfield a déclaré : « Ce moteur de croissance est quelque chose que vous verrez porter ses fruits au cours des trimestres à venir ». Espérons que le marché s’accoutume très rapidement à la nouvelle catégorie de logiciels de Slack pour que la société soit de retour pour le bonheur des collaborateurs en entreprise.

Sources : The News York Times

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Le PDG de Slack a dit qu'il faudrait du temps pour que le marché comprenne son entreprise puisqu'elle avait créé une nouvelle catégorie de logiciels. Qu’en pensez-vous ?
Pensez-vous comme Stewart Butterfield que le meilleur est à venir pour Slack au cours des prochains trimestres ?

Lire aussi

Slack : la nouvelle application de bureau serait 33 % fois plus rapide, et consomme 50 % moins de mémoire qu'auparavant
Microsoft pourrait écraser Slack comme l'a fait Facebook à Snapchat, de grands acheteurs d'IT prévoyant de quitter Slack pour Teams, selon un sondage
Microsoft dote l'application de collaboration Teams d'une version gratuite, qui prend jusqu'à 300 utilisateurs en charge
Slack permet aux clients payants de contrôler leurs clés de chiffrement en version entreprise, avec la possibilité de les révoquer en cas de besoin

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de micka132
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 06/09/2019 à 14:29
Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message
Ce qui a donné à Slack une valeur de 19,5 milliards de dollars soit près du triple de sa valeur de 7,1 milliards de dollars en tant que société privée, a rapporté le News York Times le 20 juin dernier.
C'est toujours au moins 10 fois trop...
Carrefour à une valeur boursière de ~13milliards €, Peugeot 18 ... Bref quand la bulle des sociètés "hightech" va péter ça va faire mal!
8  0 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 06/09/2019 à 23:34
On ne peut jamais vraiment savoir quand ça va péter, mais vu le nombre de sociétés cotées des milliards et qui perdent de l'argent depuis des années, ça ne serait pas étonnant que ça arrive à un moment ou à un autre. Pas assez de leçons de 2008 n'ont été tirées, c'est George Soros lui même qui le disait(de manière édulcorée, hein) il y a 5 ans :

Citation Envoyé par George Soros
market fundamentalism allows the financially successful to claim that they are serving the public interest by pursing their self-interest. That is a powerful combination that dominated the field until it caused a lot of damage in the financial crisis of 2007/2008. Surprisingly it survived that debacle: the conservative wing of the Republican party managed to pin the blame for the financial crisis on the government rather than on the private sector.
Citation Envoyé par George Soros
President Obama managed to make the post 2008 recession shorter and shallower by asserting that the economy was fundamentally sound and promising a speedy recovery, but he paid a heavy political price when reality failed to live up to his promises.
Source : https://www.georgesoros.com/2014/01/...y-principle-2/

Et le principe est bête comme chou, connu depuis la débâcle des bulbes de tulipes il y a presque 4 siècles, et pourtant, c'est toujours pareil. Ca monte, donc les gens ont peur de rater la montée, donc ils se jettent dessus,donc ça monte encore plus. L'article de Soros détaille ça sur un paquet de pages, en parlant de faillibilité(i.e. l'appréciation des gens sur le marché n'est pas assez précise) et de réflexivité(l'appréciation des gens sur le marché influence le marché), les deux s'alimentant mutuellement, et partant parfois en bulle. La citation sur Obama illustre les deux points : l'appréciation d'Obama était fausse(faillibilité), mais elle a influencé le marché quand même(réflexivité, cette fois-ci dans le bon sens, ce qui n'est pas toujours le cas).
3  0 
Avatar de sebastiano
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 06/09/2019 à 16:55
Citation Envoyé par micka132 Voir le message
C'est toujours au moins 10 fois trop...
Carrefour à une valeur boursière de ~13milliards €, Peugeot 18 ... Bref quand la bulle des sociètés "hightech" va péter ça va faire mal!
Il y a des indicateurs fiables et des inquiétudes sur un éventuel éclatement ? Ou c'est comme l'immobilier en France ?
1  0 
Avatar de Mingolito
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 06/09/2019 à 21:30
Il parais qu'il va y avoir bientôt un krach boursier, regarde la courbe du Nasdaq ça sent pas bon, c'est bien trop haut et la courbe commence à vaciller.



1  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 07/09/2019 à 9:06
Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message
Qu’en pensez-vous ?
Ça a commencé en juin à 38,62$ et aujourd'hui c'est à 27,38$, c'est pas la fin du monde non plus.
Il ne fallait pas faire d'introduction en bourse...
Slack démarre en trombe en Bourse et vaut désormais 20 milliards de dollars
Grand succès pour l'introduction en Bourse de Slack. La messagerie d'entreprise a clôturé sa première séance, jeudi 20 juin, à 38,62 dollars, après avoir été introduit à 38,5 dollars. C'est bien au-dessus des anticipations de Wall Street, et près de 50% supérieur au "prix de référence" de 26 dollars fixé la veille par le New York Stock Exchange à titre indicatif. Par conséquent, la pépite de San Francisco, cotée sous l'acronyme "WORK", a vu sa valorisation atteindre les 20 milliards de dollars. Elle était valorisée 7,1 milliards de dollars fin 2018...
Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message
Pensez-vous comme Stewart Butterfield que le meilleur est à venir pour Slack au cours des prochains trimestres ?
Pas en bourse en tout cas ^^
C'est possible que l'action n'atteigne plus jamais 38,5$.
Quoi qu'on sait jamais, par exemple Facebook a commencé à 38$, c'est allé à 18$ et aujourd'hui c'est à 187$.
Il y avait plein d'articles "introduction ratée pour Facebook" et au final ça va très bien.

===
Ce qui pourrait faire plus mal pour l'économie c'est la faillite d'une grosse banque comme la Deutsche Bank, comme elles sont toutes interconnectées quand il arrive une merde quelque part c'est immédiatement répercuté dans le monde entier.
Si y'en a un qui tombe tout le monde tombe.

La prochaine crise ne devrait pas mettre 30 ans à arriver.
D.Bank et Commerzbank s'inquiètent de taux encore plus négatifs
Les dirigeant des deux premières banques allemandes cotées ont averti mercredi qu'une nouvelle baisse de taux directeurs par la Banque centrale européenne (BCE), qui entraînerait son taux de dépôt plus encore en territoire négatif, pénaliserait les épargnants et le système financier sans avoir d'impact majeur sur l'économie.
0  0 
Avatar de Steinvikel
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 07/09/2019 à 11:47
Citation Envoyé par Mingolito Voir le message
Il parais qu'il va y avoir bientôt un krach boursier, regarde la courbe du Nasdaq ça sent pas bon, c'est bien trop haut et la courbe commence à vaciller.
Est-ce que la vue d'une courbe d'un seul élément, sur 10 ans, suffit pour prédire avec fiabilité un crash non ...mais ça suffit pour spéculer (il en faut tellement peu)
Le vacillement que tu décris se remarque de manière répété, avec une régularité surprenante. Il a lieu en 2010, 2012, 2014, 2016, et 2018, il est plus visible en 2018 parce que l'amplitude des valeurs est plus grande, c'est tout. Si on veut prédire le prochain crash boursier, il faut absolument avoir une vue sur d'autres aspects du marché pour en discerner sa respiration, et pouvoir détecter le passage de la suffocation à l'éclatement de la bulle.
Dans le cas contraire, la prédiction d'un crash est hasardeuse, puisque dépendant fortement de paramètres qui ne sont pas prix en compte.

En revanche il y a du fric à se faire sur les chutes qui on lieu tout les deux ans (tu achètes pour une période donné, puis qui est racheté à sa valeur de la date convenu à l'avance).
A bon entendeur...
0  0 
Contacter le responsable de la rubrique Solutions d'entreprise

Partenaire : Hébergement Web