IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Transformation numérique : le piège de la technologie à tout prix
Par Ash Finnegan, Responsable de la transformation digitale chez Conga

Le , par Sandra Coret

788PARTAGES

7  0 
Selon une récente étude menée par Pure Storage, 90 % des acheteurs informatiques déclarent que la pression exercée par leur programme de transformation numérique les a conduits à acheter des technologies que leur infrastructure ne pouvait pas prendre en charge - et 74 % d'entre eux indiquent que cela a entraîné une incapacité à déployer les nouvelles technologies en fonction des attentes de la direction.

Ash Finnegan, Responsable de la transformation digitale chez Conga, analyse cette pression vécue au sein des entreprises dès lors qu’il s’agit de déployer une nouvelle technologie dans le cadre de leur transformation numérique :

Il arrive que les fournisseurs poussent la nouvelle solution "à la mode", et les clients sont de leur côté poussés à adopter la dernière technologie afin de rester dans la course face à leurs concurrents, ou tout simplement parce qu'ils ont peur de rater le coche. Trop souvent, les entreprises achètent et mettent en œuvre de nouvelles technologies sans tenir compte de l'impact qu'elles peuvent avoir sur leur activité. Il est important qu’elles ne déploient que des solutions ou des services technologiques qu'elles peuvent réellement exploiter et qui amélioreront leurs performances globales. Cela implique de commencer par revoir leurs processus internes et d’identifier les objectifs clés avant tout déploiement. Ce n'est qu'alors que les entreprises seront en mesure d'identifier les véritables domaines d'amélioration, puis de choisir une solution qui boostera réellement leur activité, s'alignera sur leurs objectifs commerciaux et sur ce qu'elles essaient d'atteindre.

Il faut toutefois garder en tête que les fournisseurs de nouvelles technologies sont parfois à l’origine de cette pression subie par les entreprises. Pourtant, ils ont la responsabilité de ne pas imposer les dernières solutions à leurs clients, mais plutôt de résoudre activement les défis auxquels ces derniers sont confrontés - et cela ne commence souvent pas par l’adoption de la technologie. Leur mission est donc d’être capable de déterminer où se situent les entreprises clientes dans leur parcours de transformation et de réfléchir à la meilleure façon de les aider, en adaptant leur offre par exemple. De leur côté, les organisations ont tout intérêt à se tourner vers des partenaires ayant une expérience avérée dans leur secteur et une compréhension approfondie de leur activité pour bénéficier d’un accompagnement optimal.

Enfin, pour s'assurer d’acheter la bonne technologie au bon moment, les entreprises doivent d'abord prendre en compte leur business model et analyser leur situation générale à l’instant T. Quelle que soit la taille de leur entreprise, les dirigeants doivent prendre du recul et comprendre où ils se situent par rapport à leur maturité numérique. Ils seront alors en mesure d'identifier les processus qui fonctionnent de manière optimale ainsi que les domaines à améliorer, ce qui conditionnera ensuite le niveau de service requis. Les organisations seront alors en bien meilleure position pour négocier et travailler plus étroitement avec le partenaire ou le fournisseur qu'elles auront choisi.

Il est important que les fournisseurs et les partenaires travaillent main dans la main avec les entreprises pour identifier les forces et les faiblesses tout au long du cycle opérationnel. Ensemble, ils seront en mesure de déterminer comment une nouvelle technologie ou une nouvelle solution peut aider au mieux l'entreprise, et de s'assurer que l’achat et le déploiement sont effectués au meilleur moment.

Ash Finnegan, Responsable de la transformation digitale chez Conga

Source : Conga

Et vous ?

Trouvez-vous cette analyse d'Ash Finnegan pertinente ?

Voir aussi :

La Chine veut utiliser les supercalculateurs pour accélérer la transformation numérique, et le développement de l'intelligence artificielle

Les API - les bons élèves de la transformation numérique des entreprises, par Mourad Jaakou, Presales Manager d'Axway

La transformation numérique des entreprises est ralentie par la pénurie de développeurs, 72 % des équipes techniques étant confrontées à une pénurie de compétences, selon Dynatrace

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de Eric80
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 17/07/2023 à 18:44
"science sans conscience n'est que ruine de l'âme" écrivais Rabelais il y a 500 ans dans Gargantua.

Même si le contexte est différent, une version actuelle à propos du covid fut:
« Epistémologie sans logistique n’est que ruine de la recherche », vu sur https://blog.cnam.fr/sciences-et-tec...--1313514.kjsp

une version finance, à la Warren Buffet: « Le risque provient de ne pas savoir ce que l’on fait. ». Autrement dit, "N’investissez que dans des entreprises que vous comprenez bien"

ou une version "techno" qui résume l article ici:
"adopter une nouvelle technologie sans la comprendre et sans gérer les tenants et les aboutissants mènera à un échec."
1  0 
Avatar de smarties
Membre expert https://www.developpez.com
Le 20/07/2023 à 9:17
Quand on voit les stacks demandées sur certains recrutement c'est du n'importe quoi. En tant que développeur on est capable de s'adapter mais aussi de travailler avec d'autres gens spécialisés.

Une application a généralement besoin d'une BDD et de communiquer avec d'autres services dont le protocole est connu. Donc savoir utiliser docker + compose est le minimum mais pour ce qui est CI/CD ce n'est pas à nous de mettre ça en place de A à Z mais on peut reprendre l'existant pour adapter à de nouveaux projets.

La mode est au cloud, j'ai l'impression que les entreprises font moins attention au ressources nécessaires pour faire tourner leurs services et paient plus cher à cause du surdimensionnement.
1  0